Le CV narratif, faut-il en faire toute une histoire ?

Dans le monde universitaire, le CV est un document courant qui est à la fois un inventaire des réalisations scientifiques, une brève présentation du parcours professionnel, une obligation administrative et une aide à la recherche d’emploi (voir Cañibano et Bozeman, 2009). Si la fonction du CV est communément acceptée et partagée, le document lui-même est connu pour exister sous différents formats et pour avoir évolué au fil du temps.

Depuis 5 ans environ, différents organismes recommandent l’usage du CV narratif pour améliorer la manière dont les chercheurs sont évalués. La communauté universitaire se montre en effet de plus en plus préoccupée par les dérives de l’évaluation de la recherche, plus particulièrement de l’évaluation des chercheurs. Elle dénonce l’usage excessif des indicateurs bibliométriques au détriment de l’impact sociétal de la recherche. Cette inquiétude s’est vue au travers de nombreuses initiatives, comme la déclaration de DORA, le Leiden Manifesto, le rapport The Metric Tide et plus récemment, la coalition COARA qui fait suite à l’appel de Paris et à la conférence européenne Open Science 2022.

Avec ces initiatives, des recommandations ont été formulées, notamment celle de recourir au CV narratif. Mais qu’est-ce qu’un CV narratif ? Comme il n’existe pas d’études scientifiques sur ce type de document, nous nous sommes appuyés sur ce que ses promoteurs en disent et sur les retours d’expérience des divers organismes qui l’ont imposé pour leurs recrutements.

Les résultats de ce travail conjoint avec Lauranne Chaignon et Daniel Egret sont présentés brièvement dans ce billet. Ils sont publiés dans la revue Research Evaluation et disponibles via HAL ou ce lien d’accès.

 

Contre le recours excessif aux métriques

L’argument le plus fréquent en faveur du développement du CV narratif vient en opposition à l’utilisation des indicateurs bibliométriques pour l’évaluation des chercheurs. On leur reproche de favoriser la quantité au détriment de la qualité et d’augmenter la pression sur les chercheurs pour publier dans des revues à fort impact, alors que d’autres modes de publication auraient un impact sociétal plus important. Néanmoins, on voit au travers des projets pilotes que les métriques n’ont pas été complètement rejetées. Par exemple, le NWO (le Conseil pour la recherche néerlandais) a banni l’utilisation du h-index ou du facteur d’impact. Mais il a néanmoins autorisé l’utilisation de métriques, à condition de préciser en quoi cet indicateur est intéressant dans le contexte en question.

Contre la présentation en listes

Il est reproché au CV traditionnel de favoriser les “raccourcis” avec pour conséquence de conduire à des “jugements à l’emporte-pièce” (lire ici ou ), et de désavantager, par exemple, les chercheurs dont la carrière a été interrompue laissant des trous inexpliqués dans le CV. Mais les organismes qui demandent un CV narratif n’ont pas tous complètement abandonné le côté pratique de la présentation en listes. Le Fonds National Suisse de la recherche scientifique a en effet conçu un modèle de CV qui repose à la fois sur des listes et du texte libre. Idem pour l’Université de Glasgow qui plaide pour un CV hybride, qui semble être le format préféré des usagers.

Contre une vision restrictive de l’impact et pour la prise en considération d’un éventail plus large de contributions

Pour la majorité des défenseurs du CV narratif, son principal atout est d’élargir l’éventail des contributions pour lesquelles les chercheurs sont reconnus, c’est-à-dire en allant au-delà des publications et en prenant en compte d’autres activités, des “contributions au monde réel”, tels que les projets qui aident les communautés locales, la participation à des comités, l’enseignement et l’encadrement.

Pour une mise en perspective

Le CV narratif est un moyen de fournir des éléments de contexte pour donner “une image beaucoup plus riche et nuancée de la contribution d’un chercheur individuel“, en prenant en compte les spécificités de la discipline, l’âge académique et également les circonstances personnelles. Certains organismes préconisent de sélectionner les publications les plus significatives, plutôt que de les énumérer toutes, ce qui laisse une chance aux évaluateurs d’avoir le temps de les lire. Mais l’abandon total de la liste complète des publications a été accueilli de façon mitigée, à la fois par les candidats et par les évaluateurs, comme a pu le constater le Fonds National pour la Recherche luxembourgeois à l’occasion de son projet pilote. Certains craignent de n’avoir qu’un profil incomplet du candidat et que les examinateurs ne disposent pas des éléments leur permettant de vérifier ce qui est affirmé dans les sections narratives.

Pour plus de diversité

Le CV narratif permet de diversifier les critères d’évaluation et de valoriser par exemple le mentorat ou encore la participation à des comités. Mettre en avant ce type d’activités joue en faveur des femmes, des personnes issues de groupes ethniques minoritaires et d’autres groupes démographiques sous-représentés, car il a été démontré que ce sont des domaines dans lesquels ils excellent (lire ici ou ).

 

Le retour à un ancien format

Étonnamment, les commentateurs s’attardent peu sur le caractère narratif d’un point de vue formel, typiquement le fait de rédiger et de recourir à des phrases complètes plutôt qu’à des énoncés courts sous forme de listes. Cela demande pourtant un effort supplémentaire à ceux qui ne sont pas locuteurs natifs de la langue dans laquelle ils doivent rédiger le CV. Et c’est un exercice qui dessert ceux qui ne savent pas “se vendre”.

Plus étonnant encore, ce qui est annoncé comme une révolution dans la manière de présenter sa carrière est en réalité un retour au format typique des années 1950-1960 (voir cette étude sur les CV des universitaires allemands). Le CV était alors un texte qui permettait d’expliciter les choix intellectuels du candidat et de mettre l’accent sur certains aspects de sa recherche, notamment en différenciant les publications importantes des autres. En France, il existe aussi le CV analytique attendu pour les candidatures aux postes de Maîtres de Conférences, et à propos duquel on trouvera un retour d’expérience ici.

Dans tous les cas, que cet engouement récent pour le CV narratif soit justifié ou non, force est de constater que le fait même de proposer et promouvoir un nouveau terme permet d’ouvrir le débat, de sensibiliser et d’interpeller les évaluateurs (et les candidats eux-mêmes, potentiels futurs évaluateurs) sur les mauvaises pratiques et les biais qui existent dans le processus d’évaluation des chercheurs. Le caractère narratif du CV n’est finalement qu’un prétexte pour susciter l’intérêt et œuvrer à l’adoption de bonnes pratiques.

Alors même que notre étude se finissait, on voyait déjà fleurir de nouveaux termes tels que contextual CV, substantiated CV, ou evidence-based CV, autant de preuves que la réflexion est toujours en cours sur la forme du document en lui-même et sa place dans le processus d’évaluation, et pour lequel le caractère narratif n’est plus le moteur principal.

 

 

Photo de Markus Winkler sur Unsplash



Citer ce billet
Frédérique (2023, 23 avril). Le CV narratif, faut-il en faire toute une histoire ? Carnet'IST. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m8np

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search