Un idHAL, des idéaux…

Dans le cadre nos actions de sensibilisation auprès des chercheurs, nous leur conseillons de se créer leur idHAL, en vantant tout l’intérêt des identifiants chercheurs, même si l’ORCID n’interopère pas avec l’idHAL comme le ResearcherID ou le AuthID de Scopus. Mais combien se créent vraiment un idHAL ? Et lorsqu’ils ont fait l’effort de se le créer, est-ce que toutes leurs formes auteurs y sont bien rattachées ?

Nous avons enquêté sur un (petit) échantillon.

 

Nous avons utilisé OcdHAL en synchronisant (plus de 4 heures…) les dépôts de la collection ENPC, soit 26 216 dépôts (avec ou sans full-text). L’onglet Auteurs d’OcdHAL affichent tous les auteurs, à l’exception des auteurs nus, ceux dépourvus d’affiliation. Après avoir exporté les données dans Excel avec notamment les idHAL, les identifiants de formes auteurs, les ORCID, les noms et prénoms, il faut procéder à un peu de nettoyage. La fonction de notre camarade RomBoistel nous permet de créer une forme de type NomP (nom + initiale du prénom) en nous débarrassant de tous les accents. C’est ce qui nous sert d’identifiant unique pour chaque chercheur ; comme des homonymes sont possibles, nous vérifions manuellement toutes ces formes lorsqu’elles sont associées à plus de 50 publications, soit 180 auteurs au final. Nous n’avons repéré que 2 homonymes.

Après ces quelques opérations, il a été possible d’aligner les formes NomP avec les idHAL, les formes auteurs et et les quelques numéros ORCID.

 

Sur les 18 852 auteurs (avec affiliation) du corpus, 10,7% ont un idHAL. Même en considérant qu’il y a parmi ces auteurs des chercheurs étrangers par exemple, qui n’utilisent pas HAL et n’ont pas vocation à se créer un idHAL, le taux est bas. Pour essayer de cibler un peu mieux les chercheurs susceptibles d’être intéressés par un idHAL, nous avons vérifié le taux sur ceux qui sont affiliés à une unité de recherche dont le statut est VALIDE dans AureHAL ; ce taux est certes plus élevé, mais toujours faible : 12,1%.

Il est possible de voir avec le graphique suivant que les auteurs qui ont le plus de publis, malgré le fait que leur nombre de variantes auteurs augmente aussi, sont aussi ceux qui possèdent plus fréquemment un idHAL.

% d’auteurs avec un idHAL et nombre de formes par auteur (en fonction du nombre de publications)

Les 2 000+ auteurs qui possèdent un idHAL cumulent à eux tous plus de 3 500 formes auteurs. 19% d’entre elles ne sont rattachées à aucun idHAL, alors qu’il en existe pourtant un.

Enfin, moins de 5% de tous les auteurs ont saisi leur numéro ORCID.

 

Difficile de dire s’il y a moyen de mieux faire, mais peut-être serait-il plus efficace d’un côté et plus motivant pour les chercheurs de l’autre de faire de l’ORCID l’identifiant chercheur de HAL. D’ailleurs, à l’heure où certains envisagent de récupérer des métadonnées en provenance d’Elsevier, le recours a l’ORCID pour le matching avec l’existant dans HAL serait sans doute bien utile.

 

Photo en une : Thomas Hawk on Foter.com / CC BY-NC

Citer ce billet : Bordignon F., "Un idHAL, des idéaux…," in Carnet'IST, 20/09/2019, https://carnetist.hypotheses.org/1848. Consulté en ligne le 16/10/2019.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.