Projet d’accord Elsevier : quelle proportion de postprints en Open Access au bout de 2 ans ?

Les conditions d’abonnement à la base ScienceDirect d’Elsevier pour 2019-2022 ont été renégociées par le consortium Couperin et l’accord de principe émanant de Couperin adressé à Elsevier a été dévoilé le 16 avril 2019. Cet accord inclut notamment une diminution de 13% sur le prix d’abonnement et une remise de 25% sur les frais de publication en accès ouvert (APC). 
Il inclut aussi un volet “Green Open Access” assez intriguant ; en effet le postprint (manuscrit auteur accepté) des chercheurs des institutions abonnées à ScienceDirect sera mis à disposition automatiquement en streaming par Elsevier au bout de 12 mois sur ScienceDirect, puis, sans que l’on sache comment, au bout de 24 mois sur HAL ou une autre archive ouverte. Le projet d’accord indique en effet : “Les fichiers seront fournis au format PDF et intégrés à une dark archive et pourront être ouverts publiquement et exposés 24 mois après la date de publication.” 

Les professionnels de l’IST en charge de torturer convaincre les chercheurs et leur faire déposer leurs full-texts dans HAL sont évidemment inquiets et craignent que cela ne décourage définitivement les auteurs de faire eux-mêmes leurs dépôts, et ce bien avant 24 mois, comme la Loi pour une République Numérique les autorise à le faire (6 mois ou 12 mois après publication). Le CCSD aussi s’inquiète de cette clause (et de toutes les autres d’ailleurs) dans un communiqué envoyé à Couperin et diffusé le 30 mai 2019 sur la liste CasuHAL (accès Renater Universalistes).

Ce qui nous interpelle ici c’est que les postprints mis à disposition dans HAL, plus précisément dans la dark archive, ne seraient que ceux “d’auteurs de correspondance des institutions de l’ESR français”.
Les négociateurs d’une part, Elsevier d’autre part, ont dû calculer quelle proportion d’articles cela représente. Comme nous n’avons pas l’information, nous avons tenté de faire le calcul nous-mêmes, avec les moyens à notre disposition. C’est un peu long…

 

Constitution d’un corpus test de références

Nous avons utilisé Scopus pour constituer un corpus à tester.

  • Nous avons cherché tous les articles publiés dans les revues Elsevier indexées dans la base. Pour cela, nous avons récupéré les ISSN et ESSN de ces revues en filtrant le fichier Excel des sources Scopus mis à disposition via l’onglet Sources mais aussi librement accessible ici.
    3 284 ISSN/ESSN sont extraits.
  • La requête est aussi filtrée sur les types de documents assimilables à des articles, sur l’année 2018 et sur les affiliations françaises.
    27 659 résultats retournés par Scopus.
  • Dans la mesure où il n’est possible d’exporter que les 20 000 premiers résultats, l’export de tous les résultats peut se faire en 2 passes en classant les résultats par ordre croissant puis décroissant du nombre de citations. En effet, comme il est impossible de progresser dans la liste de résultats au-delà de la 10è page, il n’est donc pas envisageable d’exporter les 20 000 premiers puis les 7 659 restants.
  • Ces exports de 20 000 références ne sont pas “riches” et ne fournissent pas d’information relative aux auteurs de correspondance (champ “Correspondence Address“). Nous faisons donc manuellement des lots de 2 000 références pour requêter dans Scopus sur la base des EID (identifiants uniques Scopus) et faire des exports “riches”, ceux-ci étant donc limités à des lots de 2 000…
  • La vingtaine de fichiers CSV peut alors être concaténée via une commande DOS :
    copy *.csv exports_scopus_concatenes.csv
  • Les exports de Scopus en CSV n’étant pas très propres, il faut procéder à quelques adaptations et faire du nettoyage pour obtenir un fichier exploitable. Et par ailleurs, le champ “Correspondence Address” n’est pas renseigné pour toutes les références.

 

66% d’Open Access au bout de 2 ans…

Au final nous obtenons 23 149 références avec la mention d’un corresponding author (84% de toutes les références du corpus France 2018).
La proportion d’articles avec un auteur de correspondance français (repéré simplement sur la base du mot “France” dans le champ, sans vérifier donc s’il était bien de l’ESR) est de 66%. Autrement dit 66% des papiers publiés chez Elsevier en 2018 avec au moins un auteur français pourraient voir leur version postprint versée dans HAL, enfin d’ici fin 2020…

  • C’est loin des 100% possibles grâce à la Loi pour une République Numérique.
  • C’est mieux que le taux d’Open Access calculé par le MESRI pour son baromètre de la science ouverte : 41% sur les publications de 2017, pour tous les éditeurs. Le taux doit être bien meilleur si on ne comptait que les publications dans une revue Elsevier.
  • 66%, c’est exactement le même taux d’Open Access que nous obtenons à l’Ecole des Ponts sur cette même année, par la seule force de persuasion du Pôle IST sur le terrain et bien sûr la conviction des chercheurs…

Dernière précision : nous aurions aimé faire l’hypothèse que les publications avec un seul auteur français seraient directement concernées par le versement dans la dark archive, même en l’absence de valeur dans le champ “Correspondence Address”. On aurait pu alors en ajouter 3 795 et monter à 82%. Mais 2 aspects techniques nous font douter :

  • Il faudrait savoir sur quel champ Elsevier va repérer les publications éligibles, si c’est uniquement sur le champ “Correspondence Address”, on peut aisément imaginer que s’il n’y a pas de valeur, il n’y a pas de versement.
  • Par ailleurs, certaines publications mono-auteur semblent être hors du périmètre dans la mesure où l’auteur a plusieurs affiliations et que l’adresse de correspondance n’est justement pas celle de l’affiliation ESR française…

 

 

Il ne s’agit là que d’un échantillon sur 2018, mais cela donne une idée du volume de postprints qui pourraient être récupérés au bout d’un certain temps. Même si les chercheurs intégraient correctement ce principe, on peut difficilement imaginer qu’ils essaient d’être plus souvent auteurs de correspondance, surtout que pour d’autres accords avec d’autres éditeurs, il serait préférable qu’ils ne le soient pas et qu’un co-auteur prenne ce “statut” pour profiter d’une autre clause négociée par son pays (par exemple Wiley en Allemagne), comme par exemple la possibilité de publier gratuitement en OA…

Tout cela devient bien compliqué pour le chercheur et inextricable pour les documentalistes qui tâcheront de les convaincre de partager spontanément leurs postprints…

 

Image en une : congerdesign de Pixabay

 

Citer ce billet : Bordignon F., "Projet d’accord Elsevier : quelle proportion de postprints en Open Access au bout de 2 ans ?," in Carnet'IST, 06/06/2019, https://carnetist.hypotheses.org/1682. Consulté en ligne le 15/09/2019.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.