Pour mieux comprendre l’intégration d’oaDOI dans le Web of Science et son éventuelle exploitation comme outil de mesure de l’Open Access

L’outil oaDOI sorti en 2016 est devenu rapidement très populaire, il a aussi beaucoup progressé et fait l’objet d’ajustements. Nous avons d’ailleurs présenté ici les résultats de nos tests.

Depuis décembre 2017, il est exploité dans le Web of Science qui intègre les données d’oaDOI dans ses pages de résultats et ses notices avec des marqueurs de couleur et des liens. Les possibilités qu’offre l’API d’oaDOI sont souvent exploitées pour des études sur l’Open Access et sa récente intégration au WoS a permis une étude particulière dont le preprint vient d’être soumis sur PeerJ PreprintsBosman J, Kramer B. (2018) Open access levels: a quantitative exploration using Web of Science and oaDOI data. PeerJ Preprints 6:e3520v1. Cette étude vise à sonder les différents niveaux d’OA et à en proposer l’analyse selon divers critères (comme le pays, la discipline, l’année…). La section dédiée à la description des données nous offre une excellente présentation de l’outil, de ses récentes évolutions, de sa mise en œuvre dans le WoS et des sources moissonnées.

Nous avons en effet récemment remarqué que les full-texts de HAL n’étaient plus détectés par oaDOI, sans doute suite à l’abandon de BASE comme source d’information. Les fondateurs nous ont pourtant informé sur Twitter en décembre 2017 que HAL était bien moissonné, mais qu’il fallait attendre une mise à jour de leur code pour corriger les dysfonctionnements.

Certains (très rares) full-texts de HAL semblent détectés par oaDOI mais ce n’est pas par un moissonnage direct de HAL mais suite au moissonnage d’une autre base. Exemple : pour ce dépôt dans HAL, on voit dans la réponse de l’API d’oaDOI que c’est via CiteseerX que le full-text a été repéré (« url_for_landing_page »: « http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/summary?doi=10.1.1.396.40« ).

 

Fonctionnement d’oaDOI et de son intégration dans le WoS

Les auteurs de l’étude mentionnée plus haut, Jeroen Bosman et Bianca Kramer, ont accepté que nous fassions ici la traduction de la section de leur preprint qui nous éclaire à la fois sur le fonctionnement d’oaDOI et celui de la facette du WoS qui l’exploite.

 

Début de la traduction

oaDOI a été lancé en 2016 par l’équipe d’ImpactStory (Heather Piwowar and Jason Priem). Cet outil, inspiré d’initiatives similaires comme DOAI et l’Open Access Button, est proposé comme un service permettant de vérifier à partir de leur DOI si des articles sont accessibles en Open Access. oaDOI fournit une information détaillée sur la possibilité d’accéder en libre accès à un article, y compris via de l’OA hybride. Pour cela, oaDOI utilise l’information concernant le statut de la revue en termes d’OA, l’information concernant la licence de diffusion de l’article et la disponibilité des versions d’un article dans des entrepôts institutionnels ou disciplinaires. oaDOI permet l’accès à ses données de plusieurs manières, notamment grâce à l’extension pour navigateur Unpaywall et son API ouverte.

En décembre 2017, le Web of Science (WoS), la base bibliographique payante de Clarivate Analytics, a commencé à inclure de l’information concernant la disponibilité en Open Access des publications référencées, en utilisant les informations qu’oaDOI fournit pour un article. Jusqu’alors, l’information dans le WoS sur la disponibilité en OA était basée sur le statut de la revue et ne portait que sur les revues Gold référencées dans le DOAJ.

Facette Open Access du WoS

Avec les données d’oaDOI, le Web of Science qualifie désormais les articles comme étant “Gold”, “Green accepted” ou “Green Published”. Les articles catégorisés comme étant en Gold OA dans le WoS sont ceux qui ont été détectés comme étant mis à disposition gratuitement par l’éditeur. Aucune distinction n’est faite entre les articles publiés dans des revues Gold, dans des revues hybrides ou dans des revues accessibles sur abonnement et dont les articles (ou certains d’entre eux) sont disponibles gratuitement, mais dépourvus d’une licence autorisant la réutilisation (read-only) et souvent disponibles après un certain temps (Open Access différé). [Tout ce groupe d’articles reçoit l’appellation de “all gold” dans l’étude de Bosman & Kramer]

Les articles qualifiés de “Green accepted” ou “Green published” dans le WoS sont ceux pour lesquels une version acceptée (après peer-review, mais sans formatage de l’éditeur) ou une version publiée (version éditeur) peut être remontée par oaDOI suite au moissonnage d’un des entrepôts cibles. Les versions soumises (manuscrit de l’auteur avant peer-review) de ces mêmes entrepôts ne sont pas incluses, même si l’information est pourtant bien collectée par oaDOI. Cela exclut par exemple la majeure partie du contenu d’ArXiv, qui est bien une des sources de données d’oaDOI. oaDOI n’inclut pas les articles en Open Access diffusés par les réseaux sociaux académiques comme ResearchGate et Academia (que ce soit des preprints, des postprints ou des versions éditeur).

Lorsque plusieurs versions d’un même article sont disponibles en Open Access, oaDOI renvoie en priorité la version hébergée par l’éditeur (c’est-à-dire gold, hybride ou bronze), ensuite celles qui sont les plus proches de la version officielle (c’est-à-dire, pour l’OA Green, d’abord la version publiée, puis la version acceptée et enfin la version soumise). Le WoS n’inclut que la “meilleure” localisation en libre accès calculée par l’algorithme d’oaDOI. Par conséquent, cela signifie que les niveaux de Green OA que le WoS signale sont en réalité un signalement supplémentaire réservé aux articles qui ne sont pas déjà disponibles en Gold. [Type d’articles qui reçoit l’appellation de “Green only” dans l’article de Bosman & Kramer]

Grâce à l’API d’oaDOI, il est possible d’avoir une information plus détaillée sur le statut Open Access de chaque article. En exploitant l’information concernant le statut Open Access d’une revue et les licences disponibles pour chaque article, la catégorie “all gold” peut être divisée en 3 sous-catégories dans le WoS (Piwowar 2017) :

  • Gold : publication dans une revue Open Access (c’est-à-dire indexée par le DOAJ). [catégorie qui reçoit l’appellation de “pure Gold” dans l’article de Bosman & Kramer],
  • Hybride : publication disponible gratuitement sous une licence libre au sein d’une revue payante,
  • Bronze : publication qui peut être lue gratuitement via le site de l’éditeur, mais sans licence libre.

La société Clarivate a elle aussi donné des précisions sur l’information que le Web of Science donne à propos de l’Open Access (ici et ).

L’identification par oaDOI des articles uniquement disponibles en Green OA a récemment changé : BASE était utilisée auparavant comme source primaire pour la détection du Green OA mais oaDOI moissonne désormais directement les entrepôts. Parmi les sources de données, on trouve les entrepôts disciplinaires PubMed Central et ArXiv et des entrepôts institutionnels. oaDOI explique moissonner des milliers d’entrepôts (voir cette page sur le site Impactstory) et continue d’en ajouter. Au moment où Bosman & Kramer ont écrit leur papier, il n’était pas possible de dire clairement le taux de couverture des entrepôts institutionnels, notamment des 3252 entrepôts actifs recensés à ce moment-là dans OpenDOAR et/ou des 6046 sources de BASE. On ne sait pas non plus s’il existe des biais systématiques dus à cette couverture incomplète, par exemple en faveur d’entrepôts plus volumineux ou d’entrepôts européens ou américains. Des vérifications aléatoires montrent que relativement peu d’articles labellisés comme du Green OA dans le WoS viennent d’entrepôts institutionnels et que la plupart du contenu provient de PubMed Central.

Il y a eu un autre changement récent dans la manière dont oaDOI fait la détection des versions Green only (versions publiées, acceptées et soumises) : oaDOI utilisait avant les métadonnées OAI-PMH pour détecter la version d’un article en Green OA, mais désormais, l’équipe d’oaDOI s’appuie sur une approche heuristique automatisée pour repérer la présence de CrossMark, de filigranes d’éditeurs etc… sur les fichiers PDF hébergés par des entrepôts institutionnels :

Pour l’instant, on ne connaît pas très bien la fiabilité de ces 2 méthodes.

Dans sa documentation, le WoS explique mettre à jour toutes les semaines l’information relative à l’Open Access. L’information concernant le pure Gold et le Green only est aussi mise à jour toutes les semaines dans la base de données oaDOI. Pour l’OA bronze, il a été confirmé que la détection prenait plus de temps avec un rythme de mises à jour mensuel ou même annuel.

Fin de la traduction

 

A retenir

Au-delà du fait que HAL ne soit pas moissonné efficacement par oaDOI, il faut surtout retenir que les chiffres du Green Open Access livrés par le WoS doivent être pris avec précaution parce qu’ils ne sont pas le véritable reflet de la production scientifique qui a vraiment fait l’objet d’un archivage en entrepôts. Il s’agit en effet du volume de papiers qui ne sont accessibles en OA que par la voie verte et pas du volume total de papiers trouvés dans en entrepôts puisque si une version Gold existe, c’est celle-ci qui est privilégiée par le WoS. Enfin il faut aussi avoir à l’esprit que les preprints sont exclus.

Par conséquent, pour une évaluation fine du taux de publications en libre accès en fonction des modalités de partage, il est préférable d’interroger directement l’API d’oaDOI. Et, si c’est le taux de dépôts dans HAL que l’on souhaite évaluer, en attendant que notre entrepôt soit efficacement moissonné, il vaut mieux le sonder directement (via l’API ou avec un export) et procéder ensuite à des calculs et comparaisons manuels.

En revanche, si on se met à la place du chercheur, les signalements du WoS directement dans son interface sont forcément bien pratiques pour accéder à un full-text. Ceci dit, comme nous l’avions déjà expliqué dans le billet de 2016, le paramétrage de notre résolveur de liens avec la possibilité de se donner une seconde chance d’atteindre le full-text s’il n’est pas disponible via nos abonnements est tout aussi efficace. Et en plus, cette fonctionnalité est disponible dans le WoS mais aussi en dehors et elle propose des preprints.

 

 

[Image en une : CC-BY Jean-Etienne Minh-Duy Poirrier]

 

Citer ce billet : Bordignon F., "Pour mieux comprendre l’intégration d’oaDOI dans le Web of Science et son éventuelle exploitation comme outil de mesure de l’Open Access," in Carnet'IST, 12/01/2018, http://carnetist.hypotheses.org/1252. Consulté en ligne le 23/01/2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *