Assurer une veille efficace sans outil professionnel, est-ce vraiment possible ?

Nous réalisons depuis plusieurs années une veille pour 2 laboratoires de recherche sur les thématiques de l’eau et de l’environnement. Il ne s’agit pas d’IST à proprement parler, mais d’informations accessibles au grand public, collectées sur des sites ou blogs spécialisés ou des sites de presse. Jusqu’à présent, nous avions un panel de sources pré-sélectionnées (plus de 150), des fils RSS pour presque toutes et nous procédions à la collecte et au partage via Evernote.

A l’approche de la COP21, nous avons décidé de modifier cette veille sur le fond et dans la forme finale qu’elle revêt lors de la mise à disposition des chercheurs. L’objectif est de pouvoir appréhender le volume exceptionnel de documents en lien avec la COP21, de leur faire subir un traitement linguistique afin d’en dégager les sujets abordés, de détecter des tendances au fil du temps, et enfin de fournir un rendu graphique qui permettrait au chercheur de situer facilement ses centres d’intérêt et de voir leur traitement par la presse généraliste ou spécialisée.

Nous n’avons pas d’outil professionnel de veille et d’analyse, nous avons donc essayé d’en reproduire les modules habituels de collecte, d’analyse et de partage, à l’instar d’une des solutions d’AMI Software.

 

Le dispositif

Plus de 10 outils différents, pour la plupart gratuits ou libres, ont été successivement utilisés (merci à @laloumo). Le schéma permet d’avoir une vue d’ensemble du dispositif que l’on peut aisément qualifier d’usine à gaz (d’où notre illustration en une de ce billet) :

Usine à gaz

Avec un peu plus de détails, voici le fonctionnement du dispositif :

Collecte
number41 Nous utilisons les Google Actualités pour collecter des informations relatives à la requête (COP21 OR « COP 21 »). Pour obtenir un flux RSS complet (plus riche que ceux générés par les Google Alertes) nous paramétrons l’URL suivante, qui circule sur les meilleurs blogs (comme celui-ci) :

https://news.google.fr/news/feeds?gl=fr&pz=1&cf=all&ned=fr&hl=fr&q=cop21+OR+%22COP%2021%22 &scoring=d&output=rss&num=250.

number40 Malheureusement, les articles collectés sont parfois tronqués dans un flux RSS. Nous faisons donc appel à un outil pour « détronquer » les articles et accéder ainsi au full-text. C’est uKeeper qui permet de le faire : cet outil renvoie à une adresse mail x, le full-text de chaque article en provenance d’une certaine adresse x ou y.
number37 Pour automatiser le processus d’envoi à uKeeper, nous créons une règle dans Zapier : « A chaque nouvel item du flux RSS, envoyer un mail depuis l’adresse GMail x à drops@ukeeper.com avec #COP21 dans l’objet du mail. » Une règle dans GMail attribue le libellé COP21 à tous les mails reçus avec #COP21 dans l’objet.
number38 Une autre règle dans Zapier envoie automatiquement tous les nouveaux mails portant le libellé COP21 dans un GoogleSheet. Le full-text est alors disponible dans ce tableur qui s’incrémente automatiquement, au fur et à mesure des publications d’articles.
number39 Régulièrement, tous les 3-4 jours, nous collectons les nouveaux documents dans le GoogleSheet et par un copier-coller nous passons dans Word. Cette opération s’est avérée impossible dans un GoogleDoc, sans doute en raison de l’important volume collecté. Il est indispensable de nettoyer le texte par des rechercher-remplacer pour retirer des mentions telles que « generated by uKeeper – from link to full page » qui pollueraient l’analyse. Nous exportons le résultat en .txt.

 

Analyse
number35 Nous importons nos données dans Tropes pour réaliser une analyse sémantique et l’extraction de concepts. Nous améliorons au fil des jours le scénario afin de corriger quelques rares incongruités. Par exemple, les questions relatives à la tenue de la COP21 se traduisaient au final par un nœud « vêtement » ou encore celles liées au charbon généraient le concept « anthrax » qui n’est pas faux mais que nous avons préféré rattacher à « énergie ». Nous procédons à un export au format GEXF.
number34 Gephi nous permet alors de cartographier les concepts identifiés par Tropes. Nous reproduisons à chaque fois le paramétrage que nous avons enregistré pour l’algorithme ForceAtlas. Nous exportons l’image en PNG, étape plus délicate qu’il n’y paraît pour obtenir un fichier de qualité suffisante qui représente le réseau tout entier et permette de zoomer sur des zones. Nous avons malheureusement souvent généré des images encore très floues… Nous exportons par exemple 2 images : le réseau de concepts complet et un réseau simplifié autour des domaines sémantiques repérés par Tropes.

A l’issue de la COP21, nous avons extrait les différents éléments géographiques repérés par Tropes et leur regroupement par pays pour réaliser une carte de chaleur relative au nombre de mentions dans les textes collectés. CartoDB permet de réaliser ce travail et d’exporter une carte qui reste dynamique dans Genially.

 

Partage
number32 Les images sont insérées dans Genially qui sert de support à nos livrables : il nous permet d’insérer quelques commentaires, d’attirer l’attention sur certaines zones et d’ajouter une nouvelle planche à chaque mise à jour.
number36 Enfin plutôt que de distribuer l’URL longue de Genially, nous générons une URL courte avec bit.ly. Ce service nous permet aussi d’avoir des statistiques de consultation, ce qui au final fait doublon avec Genially sur ce point, mais nous avons découvert tardivement l’accès aux stats depuis Genially…

 

Alors peut-on vraiment réaliser une veille professionnelle sans recourir à une véritable plate-forme de veille commerciale ?

Techniquement, nous avons reproduit les principales étapes : collecte, analyse, partage. Il nous manque clairement le processus de sélection des documents les plus pertinents, mais omettre ce travail faisait partie du projet de départ puisque nous n’avions pas le temps de traiter le volume de documents de notre sujet COP21, et surtout nous savions que notre cible allait spontanément consommer de nombreux documents parus à l’occasion de cet événement. L’objectif n’était donc pas de proposer des sélections d’articles.

Nous avons réussi à automatiser tout le processus de collecte en jonglant avec les différents outils et leur limitation en mode gratuit. En revanche l’analyse et le partage sont restés des étapes manuelles et très chronophages. Avec plus de temps, nous aurions pu analyser les réseaux de personnes ou d’organismes internationaux, par exemple. C’est une opération qui se réalise facilement avec un outil professionnel intégrant un module d’analyse. Nous aurions pu également croiser nos données de citations avec celles de datasets sur l’adaptation au changement climatique ou encore l’émission de CO2.

Enfin concernant le livrable, le rendu est figé. Malgré les éléments dynamiques que Genially nous permet d’ajouter, il manque clairement le rebond d’un nœud vers l’ensemble des documents qui a permis de le générer.

Les utilisateurs avertis de systèmes intégrés de veille noteront évidemment l’absence de nombreuses autres « fonctionnalités » dans notre dispositif alambiqué. Donc, la réponse à la question est clairement « non ». Si nous avons pu aller au bout de l’expérience, c’est parce que la veille portait sur un événement limité dans le temps. Il serait difficile, et pour nous impossible, de tenir sur la longueur : le temps nécessaire aux analyses est déraisonnable par rapport au service rendu et le fait d’être dépendant de si nombreux outils rend le dispositif trop instable.

Malgré tout, l’expérience méritait d’être vécue puisqu’elle nous a permis d’approfondir la maîtrise de certains outils et nous a donné l’idée d’une rubrique qui leur serait dédiée sur Carnet’IST. D’ailleurs d’autres outils que ceux retenus ici auraient pu être utilisés comme InoReader, FullTextRSSFeed ou encore IFTTT.

 

 Le livrable final

Utiliser les flèches < ou > pour naviguer d’une planche à l’autre. Faire un Ctrl+F5 en cas de problème d’affichage (superposition). Cliquer ici pour consulter dans une autre page. Penser à zoomer pour voir le détail.

 usine a gaz

 

[Photo en une : Usine à gaz, avec l’aimable autorisation du site Mémoire pour l’avenir]

Icônes de chiffres : Alessio Atzeni – CC BY 3.0

Citer ce billet : Bordignon F., "Assurer une veille efficace sans outil professionnel, est-ce vraiment possible ?," in Carnet'IST, 16/12/2015, http://carnetist.hypotheses.org/351. Consulté en ligne le 30/06/2016.


Vous aimerez peut être aussi...

1 Réponse

  1. @laloumo dit :

    De rien, c’était avec plaisir ☺

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *